POUR TOUTE COMMANDE PASSÉE AVANT 12H, L'EXPÉDITION A LIEU LE JOUR MÊME

l’histoire du sel portugais

On pense que l’utilisation du sel a commencé il y a environ 5 000 ans. Et qu’elle s’est imposée dans des pays comme Babylone, l’Égypte, la Chine et dans les civilisations précolombiennes.

Dans les sociétés primitives d’Europe, son extraction a eu lieu à l’âge du bronze. Son utilisation réservé aux populations côtières. Les réserves étaient sujettes à des périodes de pénurie, déterminées par des conditions météorologiques défavorables et des périodes d’élévation du niveau de la mer, rendant l’accès difficile.

Le sel était considéré comme un produit rare et précieux, vendu au poids de l’or. À plusieurs reprises, il l’utilisait comme monnaie d’échange pour des achats et des ventes. Parmi les exemples historiques les plus anciens. Le plus connu est la coutume romaine de payer en sel une partie de la solde des soldats. Qui est à l’origine du mot salaire.

Sous le règne de D. João I (XIVe siècle), la quantité de sel produite était telle que le gouvernement facilitait son exportation à l’étranger. Ce qui représentait un grand avantage économique. Parmi les pays qui ont le plus consommé de sel portugais figurent la Hollande, le Danemark, la Norvège, la France, la Suède et le Royaume-Uni.

Le sel portugais a toujours été considéré comme étant de meilleure qualité. Aussi bien au Portugal qu’à l’étranger il était donc aussi un produit privilégié exempt de toute taxe et de tout péage.

Le sel d’Aveiro

Selon les documents, c’est au Moyen Âge que l’exploitation du sel d’Aveiro a commencé. C’est toujours le processus d’évaporation qui a été utilisé en 2022.

Le début de l’exploitation des salines a coïncidé avec la formation de la lagune elle-même d’une part et d’autre part. Avec les facteurs anthropiques qui se sont avérés fondamentaux pour la production de sel dans la région.

Cependant, à ce facteur naturel, il faut ajouter d’autres de nature anthropique. Qui se manifestent dans une conjoncture sociopolitique absolument structurante pour la saliculture dans la zone de la future lagune d’Aveiro.

sel portugais
Centre ville d’Aveiro 1886

Avec la prise définitive de Coimbra sur les Maures en 1064. Le champ de bataille se déplace inexorablement vers le sud. Au nord du fleuve Mondego, le territoire pacifié et était devenu définitivement chrétien. Présentant la sécurité et la stabilité propices à la consolidation des personnes et des établissements et à l’exploration de toutes les ressources que la nature mettait à la disposition de la population.

Le commerce du sel très intense a obligé à laisser les portes de l’enceinte de la ville, côté mer, ouvertes la nuit, afin de permettre le chargement des navires et surtout de faire en sorte qu’ils ne soient pas interrompus.

Au début du XVIe siècle. Le canal de Ria qui était toujours en formation est suffisamment profond pour permettre l’accès des navires et des caravelles et les premières campagnes de pêche à la morue vers Terre-Neuve commencent. La ville est prospère et compte parmi elles de nombreux étrangers, qui vivent économiquement grâce à l’industrie du sel.

Cependant, à la fin du XVIe siècle le mauvais état de la barre. Causé par son déplacement continu vers le sud et l’envasement des sables, dû à l’hiver tempétueux de 1575. S’est reflété dans le commerce et dans l’apparition d’épidémies, qui ont provoqué le dépeuplement de la ville d’Aveiro et des villages environnants.

La ville était dans une triste situation, appauvrie, avec un taux de mortalité élevé et un faible taux de natalité. En 1759, malgré les terribles conditions, la ville fut élevée au rang de cité par le marquis de Pombal.

Recolte du sel d'Aveiro 1960
Recolte du sel d’Aveiro 1960

L’atrophie et l’envasement de certains canaux ont provoqué la réduction du degré de salinité dans des tronçons de la Ria qui n’étaient plus aptes à produire du sel. La monoculture du sel d’Aveiro a perdu son intérêt à partir des années 1870, ce qui a permis le développement d’autres activités économiques, à savoir la pêche et aussi la récolte traditionnelle d’algues dans la Ria.

Entre les années 1860 et 1870, il y avait 270 salines actives à Aveiro. En 1994, le nombre de saline était passé à 49. Aujourd’hui, il ne reste que 9 marais salants encore actifs.

Laisser un commentaire

Panier d’achat

0
image/svg+xml

Votre panier est vide

Continuer vos achats
fr_FRFrançais
What Our Clients Say
31 avis